• Chapitre 18

     

    Sur le chemin que nous empruntions pour nous rendre en cours d’histoire nous croisâmes Lucie et Lucas. Il l'embrassa discrètement et vint nous rejoindre.

    -Bonjour.

    -Salut.

    -Tu te sens comment ? Me demanda-t-il .

    -Pas trop mal.

    -Elle a prit un sacré savon y paraît.

    -Comment tu es au courant ?

    -Et bien j'ai entendu la directrice hurler et la prof de sport est venu me demander comment tu aller hier soir.

    -Encore heureux, après ce qu'elle à fait.

    -Je me demande quelle sanction elle a prit.

    -Expulser, ce serait cool.

    -Je suis d'accord.

    -Ce serait cool, mais il faut être réaliste.

    -Il a raison.

    -Bon, dépêchons nous. Ou on va encore être en retard, et j'ai pas envie que cette fois il se décide à nous coller.

    -Moi non plus.

    Nous avons accélère le pas et sommes arrivés à temps.

    J'ai pris place à côté d'Aaron, Antony était deux rangs derrière nous avec Maxime et Émilie avec Lucas au premier rang près de la porte, Élisa et Miguel devant nous et le frère et la sœur des enfers comme les surnommés Aaron n'étaient pas arrivés.

    Nos voisins de devant se tournèrent vers nous.

    -Salut.

    -Salut.

    -Dis, tu te sens comment ?

    -Pas trop mal ?

    -Non, ça va.

    -Franchement, elle est folle cette fille.

    -Tu sais, on te l'a déjà dis dans les vestiaires, mais, je vais quand même te le redire. On est toute avec toi, on ne l'aimait pas vraiment et encore moins maintenant.

    -Merci c'est gentil.

    -Nous les mecs on a pas trop envie de s'en mêler parce que les histoire de filles, très peu pour nous, mais si tu as besoins de nous, n'hésite pas.

    -Merci Beaucoup, c'est vraiment très gentil. Mais, je n'ai pas l'intention de joué de la même façon qu'elle. Je vais simplement l'ignoré le plus possible et pour le reste on verra. Par contre, Alice est la seule responsable de ses gestes, je ne pense pas que son frère devrait être blâmé à cause de sa sœur.

    -Oui mais bon …

    -Elle a raison. Je pense qu'il a un bon fond. Il est venu prendre de ses nouvelles hier soir et il ne lui a fait aucun mal.

    -C'est vrai.

    -Bon, on va se retourné il y a le somnifère qui arrive.

    Le professeur arriva et commença son cours, qui ne m'avait pas l'air vraiment passionnant.

    -Chipie ?

    -Oui ?

    -Tu es sûre que tu vas bien ?

    -Euh … Ben oui. Pourquoi tu me demandes ça ?

    -Ben parce que ce matin quand tu as dis que tu allais bien Maxime t'a regardé bizarrement.

    -Oh, ça . C'est rien.

    -Je suis ton meilleur ami, et par ce titre, j’exige que tu me dises tout ! Je préfère que ce sois toi qui me le dise, de toute façon j'irai cuisiner ton chéri si tu me le dis pas.

    -Tête de mule.

    -Alors ?

    Il me regardait avec un regard, encourageant et inquiet, j'aime pas que les gens s'inquiètent pour moi.

    -J'ai un bleu qui recouvre une grande partie de mon ventre...

    -Qu'est-ce-que tu veux dire par grande partie ?

    Je dessina a peu près le contour de mon bleu.

    -Tu rigoles ?

    -Non...

    -Je comprends mieux pourquoi Maxime a fait cette tête.

    -Ouai...

    -Il l'a vu comment ?

    -En gros, hier il est resté dormir chez moi et ce matin j'arrivais pas à mettre un nouveau bandage, et ça a fini de façon à ce que soit lui qui me le mette et donc il l'a vu.

    -J'imagine sa réaction. Et ça te fais mal, vraiment je veux dire.

    -Ben ,ça me lance un peu par moment, mais ça va.

    -D'accord.

    -Je voulais te parler de quelques chose.

    -Oui, quoi ?

    -Non, pas ici.

    -OK. Pourquoi tu viendrais pas dormir chez moi ce soir ?

    -Euh … ben ouai je veux bien.

    -Tu crois que Maxime sera d'accord ?

    -Je ne sais pas mais je pense que oui. Et puis je suis encore libre de faire ce que je veux.

    -Donc tu acceptes ma proposition.

    -Avec plaisir.

    -Bon, je suis désolé si je vous dérange tout les deux mais j'aimerai bien faire mon cours.

    -Euh... désolé, vous pouvez continuer.

    -Merci !

    Nous avions baissé la tête, une fois le prof retourné vers le tableau, j'ai jeté un coup d’œil à Aaron qui avait fait de même, nous avons retenu un rire puis avons finalement suivis le reste du cours, pas grand chose puisque notre cours d'art nous appela quelques minutes plus tard.

    Je m'installa à ma place, entre la fenêtre et Émilie, devant Maxime et Antony mais derrière Aaron et Lucas.

    -Bonjour les enfants, aujourd'hui, vous allez devoir peindre une personne de la classe, mais en le représentant comme vous le voulez, comme vous la ressentez. Enfin bref, faîtes !

    Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, je n'ai pas peins Maxime, ni Émilie, ni aucun de mes ami(e)s.


  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Août 2014 à 21:16

    Elle a peint la fille des enfers avec des cornes, hhhhh j'aimerais bien voir sa, ou bien elle a un plan et elle va peindre son frere, meme si je doute que se soi sa, bref, j'adore super chapitre comme toujours, et j'ai hate de savoir de quoi elle voulais parler ^^, merci pour l'intention sa ma fais très plaisir

    2
    Samedi 23 Août 2014 à 22:27

    Mdr tongue  Peut être tongue  Comment tu fais pour toujours deviné un élément de la suite ? Peut être que oui, peut être que non winktongue

    Merci Beaucoup. Tu le sauras dans la suite wink2

    De rien ^^

    3
    Vendredi 29 Août 2014 à 02:14

    tu sais c assez evident pck a part sa que la prof ou mais sinon supere cool ton chap comme d'hab

     

    4
    Vendredi 29 Août 2014 à 20:36

    Oui cette fois mais même dans d'autre chapitres, lorsqu'il n'y avait pas d'indice, elle arrive parfois à deviner la suite. ^^

    Merci ! smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :