• Chapitre 21

     

    Nous nous sommes donc rendus en cours sans un mot. Une fois devant la salle de cours, le stress est un peu monté en moi. Que va dire Lucas pour expliquer notre retard ? Lucas frappe à la porte, nous entendons un « Entrez », il ouvre la porte, il entre, nous le suivons de près.

    -Bonjour monsieur.

    -Bonjour, vous avez 15 minutes de retard, puis-je savoir où vous étiez ?

    -Bien sûr. Je terminais quelque chose dans la salle des délégués et Maxime et Éléonore ce sont portés volontaires pour m'aider lorsqu'ils ont vu que j'avais bien besoin d'un petit coup de pouce.

    -Je vois, cependant …

    -Monsieur, n'est-ce pas vous qui nous a répété qu'il faut aider son prochain ?

    -En effet... Allez vous asseoir, je laisse passer pour cette fois mais que ça ne devienne pas une habitude.

    Je suis aller m'asseoir à ma place, à côté d’Émilie, en m'y rendant Lucas m'a chuchoté un : «Bien joué ».

    -Vous êtes en retard.

    -Je sais.

    -Je suis certaine que ce n'est pas vrai.

    -De quoi ?

    -Que vous avez aider Lucas.

    -Je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas vrai.

    -On ne me la fait pas à moi. Allez raconte moi tout.

    -Il n'y a rien à raconter.

    -Menteuse. Dis moi tout, allez, ne te fais pas prier !

    -OK, OK.. Maxime à insisté pour que je lui dise ce qui n'allait pas, une fois fait, on est tombé sur Lucas et il nous a couvert puisqu'on étaient à la bourre sans aucune raison valable aux yeux du prof.

    -Rien de très intéressant, je suis déçue...

    -Tu t'attendais à quoi ?

    -Je ne sais pas moi ! A quelque chose de beaucoup plus trépidant en tout cas.

    -Désolé de te décevoir.

    -Je ne vous dérange pas mademoiselle ?!

    -Excusez-nous.

    Ils nous regarda avec un regard qui n'était pas très … comment dire... chaleureux.

    Les heures passèrent de la façon la plus banale qui soit. La fin des cours arriva enfin. Émilie et moi rentrâmes accompagnées de Maxime. Une fois à la maison, Émilie sc'est dirigé vers la cuisine pour prendre le paquet de cookies dans le placard au-dessus de l'évier et elle est allée regardé les Simpson. C'est son rituel, après elle éteindra la télé, ira rangée la boîte et montera faire ses devoirs.

    -Émilie.

    -Oui ?

    -On monte.

    -OK.

    Comme dit, nous sommes montés dans ma chambre. J'en suis ressortis quelques minutes pour aller chercher une petite valise. Je l'ai posé sur mon lit et y est rangé mon pyjama, une tenue pour le lendemain et tout ce dont j'aurais ou je pourrais avoir besoin. Maxime, lui, était assis sur la chaise de mon bureau et me regardait faire Une fois que j'eus fini, il s'approcha de moi et m'embrassa. Il m'a fait reculé jusqu'à mon lit, jusqu'à ce que je finisse allongé sur ce dernier, Maxime au dessus de moi.

    -Tu veux pas annuler ?

    -Non.

    -Tu en es certaine ?

    -Oui. Je ne vois pas pourquoi je ferais ça.

    -Pour rester avec moi.

    -On a passé toute la soirée d'hier ensemble et je ne sais combien d'autre avant.

    -Ce n'est pas toi ce matin qui disait que tu avais envie de rester avec moi, rien qu'avec moi.

    -Si.

    -Et là, tu veux pas rester avec moi.

    -Oui.

    -...

    -Comme ça, peut être que je te manquerai et que la prochaine fois tu préféreras qu'on reste en amoureux.

    -Tu es sérieuse ?

    -Non.

    -Alors explique moi ta véritable raison.

    -J'ai accepté la proposition d'Aaron, et j'ai pas envie d'annuler. Je l'adore et j'ai bien envie de passé la soirée avec mon meilleur ami. Je ne vois pas ce qu'il y a de compliqué là dedans. Cette après-midi ça ne te posait pas tant de problème que ça. En plus toi aussi tu sors, tu vas voir Antony et les autres.

    -Je comprends. Mais … Aaron est ton meilleur ami, OK, j'ai confiance en lui mais il en reste tout de même un mec et tu sais bien que je n'aime pas te savoir avec un autre mec, quel qu'il soit...

    Oui j'étais d'accord, et je le suis toujours mais bon … Oui c'est vrai mais j'aurais annulé pour rester avec toi. Mais on dirait que je vais tout de même passé la soirée avec eux.

    -Et puis ça te fera du bien de passer du temps avec eux, ce sont tes amis, les miens aussi mais bon tu m'as comprise. Tu n'as aucun soucis à te faire. Aaron c'est … Aaron.

    -Très convaincant et très juste.

    -Te moquespas de moi. Aaron c'est mon meilleur ami mais aussi le frère que je n'ai pas. Oui je l'adore, je pourrais même dire que je l'aime.

    Il se raidit à mes paroles avant que je ne puisse terminer ma phrase.

    -Mais pas comme toi je t'aime c'est tout à fait différent, c'est incomparable. J'aime aussi énormément Émilie, un peu comme une sœur elle aussi, pourtant tu n'es pas jaloux d'elle.

    -Je devrais aussi être jaloux d'elle ?

    -Tu n'as à être jaloux de personne.

    -Je sais mais c'est dans ma nature je n'y peux rien.

    -Je sais. Est-ce-que tu sais que tu es vraiment trop mignon quand tu es jaloux ?

    -Ne te moque pas de moi.

    Il s'est allongé à côté de moi. Je me suis installée contre lui.

    -Je ne me moque pas de toi.

    -Hum.

    Nous sommes resté un long moment comme ça, puis Aaron est arrivé.

    Toc toc

    -Non

    La porte s'est ouverte.

    -Désolé mec, mais tu te rappelles que tu me la laisses jusqu'à demain matin.

    -J'ai changé d'avis.

    -Trop tard.

    -Hey ! Je suis pas un objet !

    -Je sais Chipie.

    -C'est qu'une façon de parler.

    -Je sais mais tout de même.

    -Aller, debout .

    Aaron est rentré dans la chambre, s'est placé devant le lit et m'a tendu les mains, j'ai fais de même, il me les a attrapé et m'a levé.

    -Et moi ?

    -Toi, tu te débrouilles pour lever tes jolies fesses de mon lit.

    -Tu trouves que j'ai de jolies fesses.

    -Lève-toi.

    Il s'est levé et s'est rapproché de moi, je suis partie derrière Aaron.

    -Je suis pas un mur protecteur.

    -Please.

    -Non.

    Il s'est écarté, me laissant à la merci de mon petit ami.

    -Méchant, Traître !

    -Moi aussi je t'adore.

    Maxime s'est approché, m'a attrapé par la taille.

    -Alors, j'ai de jolies fesses ? Je suis ravi de l'apprendre.

    -Contente que ça te fasse plaisir.

    Il m'a sourit puis embrassé rapidement.

    -Bon, on y va ?

    -Oui !

    -Non.

    Je l'ai regardé dans les yeux.

    -Bon, OK, OK.

    -Merci.

    On est descendu au rez de chaussée.

    -Vous partez ?

    -Oui, je vais avec Aaron, Maxime va passer chez lui avant d'aller se joindre au reste des mecs qui seront chez Antony.

    -Je vais me retrouver toute seule en attendant.

    -Annie va arriver d'une minute à l'autre. Pitié ne mettez pas le bazar, j'ai pas envie de devoir ranger votre bordel.

    -T'inquiète. Allez, Filez !

    Elle nous a fait la bise et nous a vraiment mis à la porte …

    Une fois devant le portail, nous nous sommes dis au revoir puisque notre chemin se séparait.

    -A demain mec.

    -Ouai, prends bien soin d'elle.

    -T'inquiète pas.

    Il m'a prise dans ses bras, puis m'a embrassé.

    -A demain mon cœur.

    -A demain mon amour.

    -Ce que vous êtes mignon.

    On a légèrement rigolé. Maxime a commencé à partir de son côté alors Aaron et moi nous en avons fait de même. Une fois arrivé, j'ai déposé mon sac dans l'entrée et on a été sur le canapé.

    -Avant tout, que veux-tu manger ce soir ? Pizzas ?

    -Ça me va !

    -Chorizos , jambon / champignons et 3 fromages au cas où on aurait super faim.

    -Parfait !

    -Bon, j'appelle pour la livraison, après on pourra parler pendant des heures et des heures sans être dérangé. Il faut dire que ça arrive de moins en moins souvent.

    -C'est vrai...

    -Ça me manque...

    -Moi aussi.

    -Alors faudrait qu'on s'organise ça plus souvent. Tu crois que Maxime sera d'accord ?

    -Qu'il le soit ou non c'est pareil. J'ai encore le droit de faire ce que je veux.

    -Je suis ravi de l'apprendre puisque je sens que tu vas me parler de quelque chose que tu ne peux pas dire à Maxime parce qu'il n'approuverait pas du tout.

    -Tu me connais si bien.

    -Je sais, je sais.

    -Te jette pas trop de fleurs non plus.

    -Bon raconte !

    -D'accord. Alors en fait …

    Je fus coupé par la réception d'un message. Puis quelques secondes plus tard, ce fut au tour d'Aaron.

    -A croire qu'ils ont senti qu'on aller dire un truc intéressant et important et qu'il ont voulu nous couper.

    -Oui, ils sont synchro.

    -Ça, c'est peu de le dire.

    -Je parie que c'est Marinna.

    -Et toi Maxime.

    -OK. On vérifie.

    -Émilie !

    On s'est regardé... Puis nous avons rit.

    -1. On s'est totalement chier.

    -Et 2. Nous aussi on est synchro.

    -Ouai. Bon, on répond vite et tu me racontes !

    -Ça marche, on fait comme ça.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :